Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Mots à maux (Les gratitudes)

Peut-être que le succès lui était promis parce que Delphine de Vigan est une romancière appréciée et que Les gratitudes est un livre court qui se lit très vite. Peut-être. Mais cela n'empêche pas le roman d'être un texte à la fois terrible et drôle, un peu absurde aussi, comme l'est la vie quand on prend le temps d'y regarder de près. Il s'agit presque d'une pièce de théâtre car les dialogues y prennent pratiquement toute la place. Entre une vieille femme "gagnée" par l'aphasie, qui perd ses mots peu à peu ou les mélange avec d'autres, dans une étrange symphonie poétique et burlesque, et une jeune femme qui est comme sa fille et son orthophoniste. Quand la pensée n'arrive plus à s'exprimer clairement par les termes idoines, c'est qu'on est, sinon à l'article (indéfini) de la mort, mais pas loin de perdre ses repères et de basculer vers les ténèbres. Le livre de Delphine de Vigan est loin d'être triste mais il est difficile de dire qu'on prend du plaisir à le lire. C'est autre chose, du domaine du poignant ou du pathétique, si l'on préfère, mais sans la nuance péjorative que l'on accorde habituellement au qualificatif. Car de la dignité, il y en a beaucoup dans Les gratitudes, de l'impuissance aussi quand le combat est en passe d'être perdu. Mais avant cela, il y aura le réconfort d'avoir remercié la vie et ceux qui contribuent à l'adoucir ou la rendre supportable. A côté de l'intrigue principale du roman, il y en a une deuxième, très forte, qui remonte à l'enfance du personnage principal de Les gratitudes. Il faut un sacré talent pour ne pas sombrer dans le larmoyant quand on écrit autour de la résilience et des souvenirs tragiques du passé. Delphine de Vigan en a beaucoup, on le savait déjà. Les gratitudes n'est pas son ouvrage le plus impressionnant de par son architecture et ses niveaux de narration. Mais ce sont sa simplicité et ses qualités de coeur qui en font un livre attachant et d'une grande humanité.

 

 

L'auteure :

 

Delphine de Vigan est née le 1er mars 1966 à Boulogne-Billancourt. Elle a publié 9 romans dont Les heures souterraines, Rien ne s'oppose à la nuit et D'après une histoire vraie.

 



16/03/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres